Les américains et le monde sont prêts pour le remplacement de Barack Obama. En effet, c’est la dernière ligne droite pour les candidats républicains et démocrates pour discuter et débattre des sujets tels que la politique, l’économie et bien d’autres encore. Ceci représente un changement radical car pour la première fois, les américains ont en face d’eux une candidate femme, Hilary Clinton, et un businessman, Donald Trump. Tous les deux sont des figures de proue dans l’histoire américaine. Une représente la “famille royale américaine” en termes de politique, puisqu’elle est la femme de Bill Clinton, ancien président des Etats Unis, et l’autre, Donald Trump, l’incarnation de l’« American Dream » (Trump est d’ailleurs très connu pour son émission « The Apprentice »). Toujours du côté démocrate, on retrouve Bernie Sanders, un autre démocrate d’origine polonaise ayant grandi à Brooklyn. Dans celui des républicains, par contre, nous avons Ted Cruz, dont la candidature réduit les chances du milliardaire et homme d’affaires Trump.

Nous allons nous intéresser aux messages que les politiciens américains essayent de passer, afin de voir leur chance augmenter dans les sondages. Tout d’abord, il serait pertinent de voir comment ils parviennent à communiquer avec la population civile. On sait que les médias jouent un rôle prépondérant dans l’élection d’un candidat. Ce n’est pas hasardeux si, en 2008, l’élection était appelée « Election Google ». En 2012, on parlait d’ « Election Twitter » . Aujourd’hui, on sait que la technologie va encore plus loin avec Instagram et Snapchat. Une stratégie ?

De nos jours, aux Etats Unis, les jeunes entre 18-34 ans sont des Snapchatters[1]. Qu’est-ce que c’est Snapchat ? Il s’agit d’une application que l’on peut télécharger sur son Smartphone. Sur notre page Snapchat, nous pouvons publier des photos, des vidéos et des messages. Ainsi, toutes les personnes qui nous suivent sont informées instantanément de nos faits et gestes. La géolocalisation qu’émet une photo permet de renforcer l’idée de la personnalité de l’utilisateur. Cette méthode est devenue une forme de communication pour les candidats qui essayent de prendre un maximum de votes. La particularité des messages Snapchat c’est qu’ils s’évaporent, ils sont éphémères. Ils ne restent pas affichés comme les Tweets ou les messages Facebook. Ceci peut poser un problème à ceux qui veulent porter plainte au cas il y avait un message discriminatoire ou raciste. Dès lors, cette pratique qui montre une double facette. En effet, dès son arrivée au pouvoir en 2008, Obama a rassemblé autour de lui une forte communauté grâce aux réseaux sociaux[2]. Pour citer quelques chiffres, plus de 500$ Millions ont été collectés en ligne, tandis que la page Facebook du Président américain compte sur 5 millions de supporteurs et son canal YouTube plus de 120 millions de vues. Cette popularité s’est étendue sur plusieurs autres réseaux, comme Myspace, Facebook ,Tumblr, etc…

La présence sur les réseaux sociaux est désormais une nécessité pour tout homme politique, notamment parce qu’elle leur permet de mettre en place des actions rapides dans le cadre de leurs campagnes. Inversement, si les candidats ne se prêtent pas au jeu, ils risquent de devenir des outsiders. Finalement, les jeunes sont plus réceptifs aux réseaux sociaux car cela fait partis de leur univers. Après tout, tout le monde peut avoir des idées partagées à propos des réseaux sociaux et des élections. Mais il est juste de noter que c’est une pratique qui s’est répandue dans le monde entier.

[1] M.D. Etats-Unis :2016 sera la présidentielle Snapchat. www.lesechos.fr . 27/07/15.
[2] Politique 2.0 : L’utilisation des réseaux par les politiques. www.lautremedia.com .